La Pamir Highway à vélo: Tandem pignon fixe, le défi!

SARY TASH (KIRGHIZSTAN)- DUSHANBE (TADJIKISTAN): Du 17/06/17 au 07/07/17

IMG_0277

Les seules fleurs de la Pamir

Suite à notre dernier post, vous pensez sûrement que nous sommes un peu fous de nous être lancés sur la Pamir avec le corps de roue libre cassé. Et bien pourtant c’est faisable, attention on n’a pas dit facile non plus hein !

Petit Topo sur la Pamir Highway

Ici, « Highway » ne signifie pas « Autoroute » mais bien « Haute Route ». En moyenne à 4000 mètres d’altitude, au travers de paysages aussi arides qu’hostiles, la M41 débute au Kirghizstan, traverse le Tadjikistan et se termine en Afghanistan, le tout à travers le massif du Pamir. C’est une route très empruntée des cyclistes et motards, pour sa beauté autant que sa difficulté.

IMG_0376

Bien couverts pour entamer la descente

IMG_0270

Pas mal comme bivouac, non?

IMG_0337

Caravansérail, vestige de la route de la Soie

Sary Tash-Murghab

Premier col assez difficile à 4 300 mètres, nous rejoignons la frontière Tadjik, perdue au milieu des montagnes. Mais c’est quoi cette clôture qu’on aperçoit sur des kilomètres ? La frontière Chinoise ! Nos amis Chinois ont grignoté au moins 10km de territoire Tadjik, assez surprenant non ?

IMG_0273

Frontière Chinoise, au milieu de nulle part

Malgré cela, nous nous sentons seuls au monde, au milieu de ces montagnes imposantes, entre soleil nous brûlant la peau et averses de neige, la météo changeant toutes les demi-heures.

Nous montons les cols assez difficilement quand ils sont vraiment raides, la dernière vitesse ne fonctionnant plus avec notre nouvelle roue. Quant aux descentes, nous enlevons carrément la chaîne, ce qui permet de ne pas pédaler, à condition que ce soit vraiment raide. En bref, on a mal aux fesses à force de ne pas pouvoir les lever de la selle!

Nous prenons doucement de la hauteur, pour atteindre le col le plus haut de la route, à 4 655 mètres d’altitude, pas notre plus haut col du voyage, mais c’est quand même pas mal ! N’ayant que très rarement de problèmes d’altitude, cette fois-ci s’est également bien passée, une journée de repos pour s’acclimater et le tour est joué !

IMG_0363

Le voici ce fameux col!

IMG_0315

Ca caille!

Les paysages à cette altitude sont lunaires, magiques, impressionnants… Entre glace, montagnes rouges, vertes et ocres… Des souvenirs du Sud Lipez en Bolivie nous reviennent en mémoire, ça fait déjà quasiment 2 ans !

Bain d’eau chaude bien mérité!

Nous décidons de quitter la Pamir pour nous perdre sur de petits chemins en direction de sources d’eau chaude. Nous perdre, c’est bien les bons mots car il n’y a plus de chemin, et nous sommes complètement enfoncés dans un marécage infesté de moustiques ! Nous sommes même obligés de ressortir nos moustiquaires de tête enfouies au fond de nos sacoches depuis l’Alaska! Le souffre se fait sentir et on entend au loin un clapotis, c’est un geyser ! Rien à voir avec le parc du Yellowstone, mais geyser quand-même ! Nous trouvons enfin notre trésor, le « Hot Spring » ! L’eau n’y est pas si chaude, mais bon on ne fait pas les difficiles, elle date de quand la dernière douche tiède déjà ? Alexine s’y reposera une journée pendant que Bastien, ne tenant pas en place, ira randonner pour avoir une plus belle vue sur le lac. 800 mètres de dénivelé après des journées de vélo éreintantes, même pas peur !

IMG_0464

Geyser

IMG_0510

Hot Spring

IMG_0529

Vue sur le lac

Réconciliation avec les Chinois!

Vous l’avez compris, la Pamir c’est magnifique et en plus il n’y a quasiment pas de trafic. Quelques touristes en 4X4 et des routiers… chinois ! Au sommet d’un col, notre réconciliation avec les Chinois sera définitivement assurée. Un routier nous fait de grands signes pour nous offrir des bouteilles d’eau, et il en profite pour partager avec nous une énorme pastèque ! Encore une fois, nous sommes épatés par la générosité des gens rencontrés, partout dans le monde.

IMG_0552

Pause à la « Chinoise »

On retrouve la chaleur un peu trop rapidement…

Après une longue descente de 150km, toujours sur la Pamir au Nord, et non pas la Wakhan Valley, route du Sud, nous retrouvons la ville assez peuplée et chaude de Khorog. Comme d’habitude, nous arrivons dans la journée, faisons nos courses pour la suite, et sortons de la ville pour camper.

Nous longeons l’Afghanistan, de l’autre côté de la rivière pendant 200 km. Dans cette partie du pays, pas de voitures, des routes coupées par endroits, pas de magasin pour se ravitailler, le pays semble bien pauvre.

IMG_0596

L’Afghanistan, de l’autre côté de la rivière

Les kilomètres défilent, la chaleur devient oppressante, nous redoutons réellement la chaleur des prochaines semaines à des altitudes plus basses. Nous croisons 5-6 cyclistes par jour, certains voyageant depuis quelques mois, d’autres venant pédaler seulement sur la Pamir pour quelques semaines. On s’échange les infos sur l’état des routes, les points d’eau, de nourriture…

Les paysages sont toujours à couper le souffle, quoique moins impressionnants que la première partie. Théolou commence à montrer des signes de fatigue, nous espérons qu’il puisse finir la route et aller jusqu’à Dushanbé avec sa roue malade. Mais là c’est le drame, celui qu’on ne peut pas imaginer : nous devons faire du stop !

Fini la Pamir…

La fourche !!! La fourche du tandem qui se brise littéralement en deux morceaux ! Improbable, quoique après 36 000 km de bons et loyaux services, nous ne sommes pas si étonnés que ça…

Nous avons bien sûr eu des galères avec le vélo, mais toujours réparables, même pour la roue accrochée au fil de fer, le système D ça marche dans la plupart des cas si on est un peu débrouillards. Mais là ! Sans fourche, plus de vélo, plus de Pamir !

C’est dépités que nous poussons, tirons tout notre barda jusqu’au coin plat le plus proche pour camper, cette fois-ci, Théolou nous dit clairement qu’il a besoin d’une pause…

IMG_0602

Théolou n’en peut plus…

Pas d’autre choix que de faire du stop sur cette route peu passante, heureusement, après seulement 1 heure d’attente, un poids-lourd accepte de nous emmener à Dushanbé, 300 km plus loin. Ça ne paraît pas loin comme ça, mais d’une, les routes ne sont vraiment pas en bon état, et de deux, n’oublions pas qu’il s’agit d’un poids-lourd Tadjik rempli de pierres ! C’est-à-dire, 15km/heure en moyenne ! Sous une chaleur écrasante, à chaque nid de poule nous nous cognons la tête, le moteur coupe complètement en descente, et nous tombons en panne en pleine montée de col, car le chauffeur avait juste oublié qu’il devait faire le plein !

Franchement, c’est plus facile en vélo, le métier de routier ici n’est vraiment pas évident…

La maison de Véro à Dushanbé

Après 30 heures de camion, nous arrivons enfin à Dushanbé, la capitale Tadjik. Ici, nous avons un pied-à-terre pour quelques jours : la maison de Véro, THE Warmshowers d’Asie Centrale. Véro accueille tous les cyclistes pédalant en Asie Centrale, en moyenne une quinzaine par jour campent dans son jardin ! Cet endroit est tellement reposant, intéressant, chacun partage son voyage, une super ambiance !

IMG_0010

Repas entre cyclos!

Nous avions contacté Véro depuis le Kirghizstan suite à nos problèmes de roue, et gros coup de chance, elle rentrait en France pour quelques jours et nous a ramené une nouvelle roue et d’autres pièces de vélo bien utiles !

Par contre, pour la fourche, toujours pas de magasin de vélo ici, rebelote direction le bazar ! Et miracle, on trouve un semblant de fourche pour nous dépanner. Pas vraiment la bonne taille ni de quoi installer le porte-bagages mais ça ira pour faire quelques centaines de kilomètres…

Nous restons une semaine chez Véro, en profitons pour nous rendre chez le coiffeur, manger des pizzas faites maison, boire des bières, comme à la maison ! Bastien occupera son temps à réparer les vélos de tous les cyclos de passage, il a même le droit à des bières en échange, c’est pas beautiful ça?! Véro si tu nous lis, encore un immense merci et beaucoup de bonheur pour ta nouvelle vie Française !

Plus de photos du Tajikistan ici

IMG_0343

Pause glaciale à 4 000 mètres

 

Publicités

8 réflexions sur “La Pamir Highway à vélo: Tandem pignon fixe, le défi!

  1. Toujours aussi époustouflant ces aventures ! Continuez à garder le moral même avec vos avaries mécanique. On pensent /parlent toujours, tout le temps de vous .
    Louise, Jeanne et Baptiste.

    J'aime

  2. Oui, magnifique ! Quel plaisir de vous lire, ça me donne a chasue fois l’envie de prendre mon vélo et de filer autour du monde, iu venir vous rejoindre !
    J’adoee lire votre nouvel article avant de me coucher et voyager toute la nuit.
    Belle suite les amis et a bientot. Vous etes aux Portes de l’Europe ! On vous attend avec impatience. Gros bisous ❤
    Laële

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour, les tandemicicistes–

    De retour de la France après 5 semaines de randos alpestres et pyrénéennes avec ma fille, c’est un grand plaisir de lire vos plus récentes aventures. Merci, merci.

    Votre stop à Dushanbé m’en rappelle mon épisode de stop dans l’Arizona du nord, il y a 40 ans.

    J’adore la photo d’Alexine en pause glaciale, mais elles sont toutes superbes, vos photos.

    Et l’amie Véro? Faudra-t-il que nous nous présentions comme gite d’étape WarmShowers comme elle fait?

    Et la fourche brisée? Ça, je n’ai jamais vécu; rien qu’un petit guidon cassé en deux au Roussillon, et après un long détour à Perpignan on me l’a remis le jour même. Dorénavant, quand tu aras besoin de choisir quelle fourche prendre sur votre route, vous en aurez un bon exemple à suivre.

    Ma petite ascension du Mont Aiguille et ma montée à la Brèche de la Meije sont petites à côtés de vos montées Pamiroisiennes et autres.

    Il me semble peu probable que vous puissiez passer en Italie au mois d’octobre pour vous rendre au castello de nos amis, mais dis-moi, svp, si vous serez dans les parages et je ferai de mon mieux pour vous filer les directions.

    Aimé par 1 personne

    • Merci Greg pour l’intérêt que tu portes à notre blog et surtout pour le diffuser et le traduire à tout Juneau, oh pardon Douglas! Forcément les photos d’Alexine sont toujours les plus belles, mais saches que si ce sont les plus belles c’est que le photographe est bon!!
      Ça devait être super ces vacances en France, rien que d’évoquer ces noms ça nous fait toujours rêver!! D’ailleurs en parlant de rêve ça doit être la saison des Northern lights, « juste » pour ça on reviendrait bien en Alaska! Grosses bises

      J'aime

  4. Bravo,

    Malgré vos problèmes techniques, vous avez l’air d’avoir bien profité du Pamir. Super ! C’est un endroit tellement exceptionnel. Incroyable aussi d’être tombés sur ce geyser. Nous ne l’avons pas vu en y passant !

    Nous avions eu les même ressentis en Chine, mais beaucoup moins, voir pas de contrôles de police. Étonnant, peut-être que ça chauffe un peu plus en ce moment 😦
    La Chine ne fut pas de tout repos, pour nous non plus !

    J’espère que vous ne souffrez pas trop de la chaleur et que vous y trouverez une fourche et un moyeux qui va bien.

    Vous êtes déjà arrivés en Turquie ? Vous allez super vite ! Le retour en France est pour bientôt ?

    Nous sommes de retour depuis quelques mois en France. On se refait tranquillement à la sédentarisation 🙂

    Bonne route,
    Au plaisir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s