Cambodge

Nous avons pédalé 1 021 KM au CAMBODGE du 09/12/2016 au 02/01/17

Un plat: Un mélange de riz, légumes et viande, notre repas habituel pour 1€

Un lieu: Le temple Beoung Mealea, ruines recouvertes par la végétation

Une rencontre: Une équipe de flics qui nous invite à manger et surtout boire… Dur dur de repartir l’après-midi par 40°C !

 

Le meilleur bivouac: Le soir de Noël, on trouve un coin plutôt tranquille pour monter la tente, une mare d’eau à proximité, et on cuisine du Nutella pour le ptit déj de Noël !

Le pire bivouac: Bastien, malade, vomissant à côté de la tente, n’arrivant pas à se lever, et Alexine essayant de se laver dans une mare de boue, infectée de sangsues, vraiment galère

 

Moment inoubliable: Bastien, malade, vomissant à côté de la tente, n’arrivant pas à se lever, et Alexine essayant de se laver dans une mare de boue, infectée de sangsues, vraiment galère, et aussi inoubliable…

Moment galère: Toutes les fois où les Cambodgiens se payent notre tête, c’est-à-dire à peu près 3 fois par jour…

Moment insolite: Quand on paye 1 kg de clémentines 7000 Riels alors qu’on le paye entre 13 000 et 20 000 depuis 15 jours. L’arnaque à la Cambodgienne !

 

Quelques chiffres:

15             nuits à l’hôtel, 1 nuit chez les gens, 8 nuits en tente

300        altitude maxi

27°C      température mini

10          jours malades tous les 2

2            fois le prix réel qu’on voulait nous faire payer à chaque fois

1            fois/jour des moqueries des locaux, surtout quand on leur dit « merci »

Carte en cours

Retrouvez tous les détail sur notre Carte interactive

L’avis du cyclo: Dur dur ! Pas pour le dénivelé, le pays étant plutôt plat, mais pour les gens… Des « Hello » criés à longueur de journée, à partir de midi il faut vraiment être motivés. Sachant que ce n’est pas pour dire bonjour, non, juste pour bien rappeler que nous sommes touristes, les Cambodgiens ne se disent jamais bonjour ni merci. De plus, chaque moment où l’on doit payer pour les courses, le prix est doublé, puisqu’on est touriste. Surtout sur la partie Est du pays, le long du Mékong, plus à l’Ouest ils étaient plus soft. Très fatigant à la longue. Nous avons trouvé la plupart du temps des pistes évitant les grandes routes, pistes d’argile rouge, sympa car pas trop de monde. C’est d’ailleurs le seul intérêt que nous avons trouvé à ce pays. Vous n’en ressortirez par contre pas vraiment propre ! Bivouac possible, on trouve facilement des chemins plus ou moins tranquilles pour planter la tente. Bon, quelqu’un nous a vu à chaque fois, mais la plupart du temps nous a laissé tranquille. Pas d’eau potable ici, on a filtré la plupart du temps, mais en bivouac, il est pratiquement impossible de trouver des cours d’eau agréables. Il y a seulement des mares de boue, stagnantes, ça ne donne pas vraiment envie, mais avec un filtre ça passe ! Et la douche aussi, de toute façon on n’a pas vraiment le choix après une journée de vélo !

L’avis du voyageur: Le pays qu’on a le moins aimé pour l’instant, et oui, on ne peut pas tout adorer ! Les « Hello » comme noté ci-dessus, quoique peut-être plus destinés aux cyclos. Les arnaques, les gens qui se moquent de nous chaque fois qu’on ouvre la bouche, ou pas d’ailleurs. A noter que quand on a rattrapé la région ouest du pays, les Cambodgiens étaient plus sympas. La bouffe n’est pas exceptionnelle. Bref, pas grand-chose à voir, hormis les fameux temples d’Angkor, que l’on a pas visité, car bien trop de monde et trop touristique à notre goût. En revanche, on recommande le temple de Beoung Mealea, situé à environ 80km de Siem Reap. Beaucoup moins de monde, et très sympa.

Nos articles:
Le Cambodge à vélo: Ce n’est pas de tout repos

Toutes nos photos du Cambodge  ici

Publicités